L'absence d'encadrement des institutions d'enseignement postsecondaire en ce qui concerne la violence sexuelle

La réglementation sur la violence sexuelle en contexte collégial et universitaire est laissée à la discrétion des universités en ce qui concerne de nombreuses facettes du problème:

  • Prévention
  • Définitions
  • Processus disciplinaire
  • Droits des survivant(e)s
  • Délais raisonnables 
  • Mesures intérimaires

Il n’y a aucun mécanisme spécifique en place pour forcer les institutions d'enseignement à répondre de façon appropriée lorsqu’un ou une survivant(e) rapporte un incident de violence sexuelle!

Devant l'inaction de leur écoles, les étudiant(e)s n’ont qu’un seul recours: faire une plainte devant la Commission des Droits de la Personne et des Droits de la Jeunesse. Et ça, c’est seulement si elles connaissent bien leurs droits…


les UNIVERSITÉS N'ONT PAS AVANTAGE À RÉPONDRE À LA VIOLENCE SEXUELLE

Malheureusement, il y a peu de facteurs qui encouragent les écoles québécoises à répondre de façon appropriée à la violence sexuelle. Elles disposent de peu d'argent et de peu de connaissances en terme de lutte contre la violence sexuelle, et n'ont pas accès à des ressources leur permettant de s'éduquer et de se doter de politiques appropriées.

Découvrez ce que nous pouvons-faire pour changer les choses