Communiqué 

Ensemble contre les violences sexuelles sur les campus québécois

Suivi des promesses du gouvernement en lien avec le sous-financement des ressources

Au Québec, le ministère de la Santé et Services sociaux reconnaît que les conséquences des agressions sexuelles sont multiples et qu’elles peuvent se manifester de plusieurs façons et à différents moments de la vie. En effet, la somatisation physique et psychologique en réponse à la violence sexuelle a des conséquences nombreuses telles que des sentiments de honte, de doute, de culpabilité; des symptômes de l’état de stress post-traumatique, l’apparition de troubles alimentaires, d’anxiété, de dépression, d’abus de substance, d’automutilation et d’idéations suicidaires; ainsi que la remise en question potentielle de son orientation sexuelle et les problèmes de santé physique et sexuelle ainsi que relationnels (conjugaux et familiaux). 

Le nouveau mouvement social Québec contre les violences sexuelles demande alors, en réponse aux actuelles sorties publiques du ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, en lien avec les réinvestissements dans les services directs à la population et celle de la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, qui a lancé dimanche la nouvelle politique gouvernementale de prévention en santé; que le gouvernement prenne en compte, dans la distribution de leurs enveloppes, les éléments suivants : 

  • Considérant qu’une femme sur trois et un homme sur six seront victimes de violence sexuelle au courant de leur vie et qu’il s’agit d’un enjeu de santé et de sécurité publique ; 
  • Considérant que le gouvernement provincial ne reconnaît pas les abus sexuels vécus chez les hommes comme étant un problème de santé publique, vu l’absence de sources de financement pour les organismes venant en aide aux hommes victimes d’abus sexuels, notamment en raison des nombreux préjugés véhiculés dans la société et qu’en moyenne, les hommes prennent 45 ans avant de dénoncer une violence sexuelle subie ; 
  • Considérant que 4 à 8 % des hommes commettent 90 % des agressions sexuelles ; 
  • Considérant que la réhabilitation des auteurs de crimes à caractère sexuel joue un rôle primordial pour la sécurité des communautés et que le sous-financement des programmes thérapeutiques pour les auteurs de crime à caractère sexuel entraîne leur non-prise en charge ; 

Considérant que la violence faite aux femmes coûte au moins 4,2 milliards de dollars à la société canadienne en services sociaux, en formation, en justice pénale, en travail, en emploi, en santé et en frais médicaux (estimation datant de 1995) et que l’ampleur économique de la problématique en lien avec les violences sexuelles demeure inconnue; 

Nous demandons: 

  • La création et le maintien de services et ressources de qualité, bien publicisés et accessibles à l’ensemble des différentes régions administratives du Québec, puisqu’il s’agit d’un investissement profitable sur tous les plans ; 
  • La mise en place d’une campagne de sensibilisation grand public avec du financement à la clé à la hauteur des besoins ciblés par la communauté. Cette campagne doit permettre de responsabiliser les agresseurs, et déculpabiliser les victimes. Elle doit parler de la violence sexuelle sous toutes ses formes et promouvoir les attitudes aidantes. Elle doit également permettre d’outiller les témoins et l’entourage des victimes en les redirigeant vers les ressources communautaires spécialisées en la matière ; 
  • L'obligation que les intervenants de première ligne aient reçu une formation de qualité sur comment recevoir une dénonciation d’agression sexuelle et ainsi prévenir de possibles attitudes culpabilisantes ; 
  • La commande d’une vaste étude visant à comptabiliser les conséquences sociales et économiques que les violences sexuelles génèrent en termes de services sociaux, en formation, en justice pénale, en travail, en emploi, en santé et en frais médicaux ; 
  • D'autres revendications sont à venir. 

Pour plus d'informations et pour toutes demandes d'entrevue, contactez-nous à info@quebeccvs.com

 

Renseignements : Québec contre les violences sexuelles 

819 238-3868 | info@quebeccvs.com 

Visitez-nous au www.quebeccvs.com